Actualités de notre cabinet d’avocats à Grenoble et Voiron

Ordonnances MACRON de septembre 2017 et plafonnement des indemnités : une violation avérée des textes européens

Le Comité européen des droits sociaux (C.E.D.S), organe en charge de l’interprétation de la Charte Sociale Européenne, s’est récemment prononcé sur le sens devant être donné à l’indemnité adéquate et à la réparation appropriée dans le cadre des préjudices subis par le salarié ensuite de son licenciement.

Dans sa décision en date du 8 septembre 2016 « Finish Society of Social Rights c. Finlande » (n°106/2014, § 45), le Comité énonce que « les mécanismes d’indemnisation sont réputés appropriés lorsqu’ils prévoient :

  • le remboursement des pertes financières subies entre la date du licenciement et la décision de l’organe de recours ;
  • la possibilité de réintégration ;
  • des indemnités d’un montant suffisamment élevé pour dissuader l’employeur et pour compenser le préjudice subi par la victime. »

 

A ce titre, le Comité sanction la législation finlandaise en ce que cette dernière a tenté de plafonner le montant des indemnités pouvant être perçues par un salarié ensuite d’un licenciement prononcé abusivement, considérant, en vertu du principe de la réparation intégrale des préjudices que le plafonnement conduisant à ce que les indemnités octroyées ne soient pas en rapport avec le préjudice subi et/ou ne soient pas suffisamment dissuasives doit être jugé contraire à la Charte.

 

A ce titre, il est tout a fait pertinent d’invoquer cette décision et les textes à son appui devant les Conseils de Prud’hommes français afin de faire écarter les ordonnances comportant les plafonnement.

La responsabilité du responsable des ressources humaines engagée pour ne pas avoir mis fin à l’exercice de méthodes managériales inacceptables
Le 12 avril 2017

Cautionner des méthodes de management dangereuses pour la santé des salariés quand on est responsable des ressources humaines peut coûter cher.

La Cour de cassation, dans un arrêt du 8 mars 2017, vient en effet de valider le licenciement d’une responsable des ressources humaines qui avait, en connaissance de cause, laissé un directeur de magasin, avec qui elle travaillait en très étroite collaboration, se comporter de manière inacceptable avec ses subordonnés.

Considérée comme « un expert en matière d’évaluation et de management des hommes et des équipes », en cautionnant et en laissant perdurer d’inacceptables méthodes en la matière, la salariée a manqué à ses obligations contractuelles et a mis en danger tant la santé physique que mentale des salariés.

Son licenciement pour ce motif est donc justifié (Cass. soc., 8 mars 2017, n° 15-24.406).

Réforme du droit des étrangers : attention aux nouveaux délais de recours !
Le 22 novembre 2016

Depuis le 1er novembre 2016, l’étranger faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français fondée sur les 1° (entrée irrégulière), 2° et 4° (maintien en séjour irrégulier) et 6° (refus définitif de la qualité de réfugié ou de protégé subsidiaire) de l’article L. 511-1, I du Ceseda, et qui bénéficie d’un délai de départ volontaire, dispose désormais d’un délai de 15 jours pour établir son recours devant le président du tribunal administratif qui doit statuer sur cette demande dans un délai de 6 semaines.

En cas de placement en rétention ou d’assignation à résidence, la procédure emprunte la voie de l’urgence et le dossier est transmis au magistrat désigné statuant dans les 72 heures.

Ne perdez donc pas de temps à saisir un avocat pour la rédaction de votre recours.

Vers une disparition de la visite médicale d'embauche ?
Le 28 juin 2016

Aux termes d’un arrêt rendu le  12 janvier 2016, la Chambre Criminelle de la Cour de Cassation entérine le principe selon lequel :

 » en n’assurant pas l’effectivité de son obligation de sécurité jusqu’à s’assurer de la réalisation par le médecin du travail, préalablement à l’embauche et au plus tard avant l’expiration de la période d’essai, de la visite médicale destinée à vérifier l’aptitude du salarié à occuper un poste, l’employeur, qui ne peut s’exonérer de cette obligation en invoquant la tolérance du CIAMT et l’impossibilité matérielle de mettre son obligation en oeuvre » a commis l’infraction réprimée par l’article R. 4745-3 du Code du Travail.

L’organisation de la visite d’embauche est obligatoire pour l’emplopyeur et concerne tous les salariés, précaires ou en contrat à durée indéterminée.

Le revers de cette obligation est la caractérisation d’un manquement à son obligation de sécurité de résultat si l’employeur ne prend pas les dispositions pour soumettre à une telle visite même un salarié embauché par un contrat à durée déterminée de quelques jours.

A ce titre, et en cas de violation à son obligation d’organiser la visite médicale d’embauche, le salarié peut obtenir  des dommages et intérêts sans justifier d’un préjudice distinct de l’ommission de l’employeur qui constitue pas essence un préjudice pour le salarié.

En outre le fait de méconnaître les dispositions relatives à l’action du médecin du travail de est sanctionné sur le plan pénal et constitue une contravention de cinquième classe (C. trav., art. R. 4745-3).

Sur le plan civil, la charge pour l’employeur d’organiser la visite médicale d’embauche constitue en elle-même une obligation de résultat.

En effet, il est d’abord constant que l’employeur ne peut se contenter d’accomplir les formalités administratives déclenchant la visite d’embauche.

En effet, l’employeur doit s’assurer que la demande soit suivie d’effet et aboutisse à la réalisation effective de l’examen du salarié par le médecin du travail.

Aux termes de la jurisprudence de la Chambre Sociale de la Cour de Cassation, la carence de l’association interentreprises de médecine du travail n’est pas jugée comme étant exonératoire de responsabilité pour l’employeur.

Cette carence exclut également l’invocation de la force majeure pour justifier la rupture du contrat en cas de constatation tardive par le médecin du travail de l’inaptitude du salarié à son emploi.

Dans l’arrêt du 12 janvier 2016, la chambre criminelle adopte une position aussi ferme que sa voisine civilste en exigeant également de l’employeur qu’il veille à la réalisation effective de la visite médicale.

Dans ce cadre, le législateur cherche désormais une solution radicale aux fins d’allléger les obligations patronales.

En effet, dans le cadre du projet de loi Travail (dans sa version adoptée le 19 mai par l’Assemblée nationale via la procédure de l’article 49-3 de la Constitution) la visite d’embauche opérée par le médecin du travail serait supprimée pour la généralité des salariés.

En remplacement, le législateur préconique un simple examen infirmier (dans un délai à fixer par décret).

La visite par le médecin du travail ne serait plus obligatoire que dans le cas des travailleurs affectés à des postes présentant des risques particuliers pour leur santé ou celle des tiers.
Harcèlement moral - Les moyens de prévention de l'employeur retenus comme en partie exonératoires de responsabilité
Le 15 juin 2016

Aux termes d’un arrêt rendu le 1er juin dernier (  Cass. soc., 1er juin 2016, n° 14-19.702) la Cour de cassation vient d’opérer un revirement de taille sur la prévention et la condamnation des faits de harcèlement moral.

En effet, aux termes de cet arrêt, la Cour a étendu la solution de l’arrêt Air France du 25 novembre 2015 sur l’obligation de sécurité de résultat (Cass. soc., 25 nov. 2015, n° 14-24.444).

Dans cette lignée, la Cour indique désormais qu’il convient de tenir compte , dans l’appréciation des faits, des mesures de prévention mises en oeuvre par l’entreprise.

En l’espèce, un agent de fabrication de radiateurs tubulaires, licencié pour inaptitude physique après avoir demandé dans un premier temps la résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts de son employeur, demande en justice des dommages-intérêts pour harcèlement moral.

La cour d’appel rejette sa demande. en constatant que :

« l’employeur justifiait avoir modifié son règlement intérieur pour y insérer une procédure d’alerte en matière de harcèlement moral, avoir mis en oeuvre dès sa connaissance du conflit personnel du salarié avec son supérieur hiérarchique immédiat une enquête interne sur la réalité des faits, une réunion de médiation avec le médecin du travail, le directeur des ressources humaines et trois membres du CHSCT en prenant la décision au cours de cette réunion d’organiser une mission de médiation pendant 3 mois entre les deux salariés en cause, confiée au DRH ».

et que :

 « par la nature même des faits de harcèlement moral qu’il s’agit de prévenir, [les dispositifs de prévention de harcèlement moral] ne peuvent avoir principalement pour objet que de faciliter pour les salariés s’estimant victimes de tels faits la possibilité d’en alerter directement leur employeur ou par l’intermédiaire de représentants qualifiés du personnel ».

La Cour de cassation casse l’arrêt sur le fondement des articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du code du travail en reprochant à la cour d’appel de n’avoir pas recherché si l’employeur « avait mis en oeuvre des actions d’information et de formation propres à prévenir la survenance des faits de harcèlement moral ».

Pour la Cour, si l’employeur avait bien mis en oeuvre l’ensemble des mesures de prévention visées par ces deux articles du code du travail – et en particulier des mesures de formation et d’information – il aurait alors satisfait à son obligation de sécurité.

Dans la note explicative qui accompagne l’arrêt, la Cour de cassation précise que « l’employeur peut désormais s’exonérer de sa responsabilité en matière de harcèlement moral, quand un tel harcèlement s’est produit dans l’entreprise, mais pas à n’importe quelles conditions ».

« La seule circonstance qu’il a pris toutes les mesures immédiates propres à faire cesser le harcèlement moral et qu’il l’a fait cesser effectivement, circonstance nécessaire, n’est pas suffisante. Il importe également qu’il ait pris toutes les mesures de prévention visées aux articles L.4121-1 et L.4121-2 du code du travail et notamment qu’il ait (préalablement) mis en oeuvre des actions de d’information et de formation propres à prévenir la survenance de faits de harcèlement moral ».

La loi « immigration » du 7 mars 2016 est publiée
Le 20 mai 2016
La loi relative au droit des étrangers en France est publiée

L’application de la plupart des dispositions prévues à cette loi seront différées dans le temps puisque des textes d’application seront prochainement publiés.

Certaines dispositions ont néanmoins d’ores et déjà vocation à s’appliquer et notamment :

  • les dispositions relatives à la délivrance de plein droit du visa de long séjour au conjoint de Français souhaitant se rendre en France et de l’obligation de traiter les demandes de visas des étudiants, comme celles des conjoints de Français, dans les meilleurs délais (C. étrangers, art. L. 211-2-1, mod. par L. art. 4),
  • l’obligation de renouveler le titre de séjour en cas de violences conjugales (C. étrangers, art. L. 313-12 et L. 431-2, mod. par L. art. 15 et 16) ;
  • la suppression de l’autorisation provisoire de travail pour les séjours de moins de trois mois (C. trav., art. L. 5221-2-1, créé par L. art. 19) ;
  • la possibilité de regroupement familial pour les titulaires de l’allocation équivalent retraite ou de l’allocation aux adultes handicapés au titre de l’article L. 821-2 du code de la sécurité sociale ou « lorsqu’une personne âgée de plus de soixante-cinq ans et résidant régulièrement en France depuis au moins vingt-cinq ans demande le regroupement familial pour son conjoint et justifie d’une durée de mariage d’au moins dix ans » (C. étrangers, art. L. 411-5, mod. par L. art. 20) ;
  • les nouveaux cas de délivrance de la carte de résident permanent (C. étrangers, art. L. 314-14, mod. par L. art. 24) ;
  • la délivrance et du renouvellement de la carte de séjour « vie privée et familiale » à l’étranger qui bénéficie d’une ordonnance de protection en raison de la menace d’un mariage forcé (C. étrangers, art. L. 316-3, mod. par L. art. 25 et 26) ;
  • la modification de la définition du comportement personnel de l’étranger autorisant l’édiction d’une OQTF, celui-ci devant constituer, « du point de vue de l’ordre public ou de la sécurité publique, une menace réelle, actuelle et suffisamment grave à l’encontre d’un intérêt fondamental de la société » (C. étrangers, art. L. 511-3-1, mod. par L. art. 28) ;
  • l’impossibilité d’éloigner « sans son accord» l’étranger à destination d’un pays tiers, qui n’est ni le pays de la nationalité de l’étranger, ni le pays ayant délivré un document de voyage valide (C. étrangers, art. L. 513-2, mod. par L. art. 32) ;
  • la possibilité d’assigner à résidence l’étranger dont la rétention a pris fin soit sur décision du juge des libertés et de la détention, soit à l’expiration du délai légal de rétention (C. étrangers, art. L. 554-3, mod. par L. art. 38) ;
  • les précisions portées sur les infractions de soustraction aux mesures d’éloignement et de la création d’un délit de fuite d’une zone d’attente ou d’un centre de rétention (C. étrangers, art. L. 624-1-1, mod. par L. art. 43) ;
  • la possibilité pour les journalistes d’accéder en zone d’attente et en rétention, sous réserve de précisions par décret en Conseil d’État (C. étrangers, art. L. 211-6 et L. 533-7, mod. par L. art. 44) ;
  • la sanction pénale en cas de refus de se soumettre à la prise d’empreinte digitale ou à la photographie en cas de demande de titre de séjour, de séjour irrégulier ou d’éloignement (C. étrangers, art. L. 611-3, mod. par L. art. 46);
Sanction du médecin du travail de connivence avec le salarié
Le 01 avril 2016

Aux termes d’un arrêt rendu le 10 février 2016, le Conseil d’Etat ( CE, 10 févr. 2016, n° 384299) a définitivement entériné la sanction du médecin du travail considéré comme ayant eu une  « attitude tendancieuse » dans l’établissement de l’avis d’inaptitude d’un salarié.

Cette sanction faisait suite à une plainte des employeurs de la salariée. Ces derniers s’étaient prévalus du fait que le médecin avait établi ce certificat sur les seuls dires de la salariée et sans respecter la procédure consistant notamment à réaliser une étude du poste et des conditions de travail dans l’entreprise puis de procéder à deux examens du salarié espacés de 2 semaines (parfois, un seul examen suffit). .

Après un rejet de la plainte par la chambre régionale, la chambre disciplinaire nationale inflige un blâme au médecin.

C’est ce blâme qui est contesté par le médecin devant le Conseil d’Etat, qui considère que le médecin a manifestement cédé au chantage de la salariée qui menaçait de se suicider faute de certificat d’inaptitude et qu’en conséquence, le médecin avait donc bien manqué à ses obligations déontologiques.

Harcèlement moral : un seul agissement répété et prolongé suffit à caractériser le délit.
Le 01 avril 2016
Aux termes de l’article 222-32-2 du code pénal : « constitue le délit de harcèlement moral le fait de harceler autrui par des agissements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale, ou de compromettre son avenir professionnel ».
Selon une décision rendue le 26 janvier 2016 ( Cass. crim., n° 14-80.455, 26 janv. 2016) et dans un contexte de grande mésentente professionnelle, la Cour a considéré que la qualification de harcèlement moral ne peut être écartée « en se fondant sur le fait que la décision de mise à l’écart n’aurait pas eu ‘initialement’ pour objet ou pour effet d’attenter à la dignité et à la santé de leur collègue, quand une telle circonstance était inopérante dès lors que cette mise à l’écart avait fini par avoir un tel objet ou un tel effet ».Peu importe l’objectif initial de l’agissement si celui-ci a objectivement eu pour effet d’impacter l’état de santé du salarié.
Réforme du droit du travail : vers un plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif.
Le 01 mars 2016
Le plafonnement des indemnités allouées au salarié victime de licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse à nouveau est à nouveau en question.

Ce plafonnement, retoqué une première fois par le Conseil constitutionnel dans le cadre de la loi Macron votée cet, revient via la loi de la ministre du Travail, Myriam El Khomri.

Voici le barème tel qu’il serait prévu :

  • ancienneté du salarié dans l’entreprise inférieure à deux ans : trois mois de salaire;
  • ancienneté d’au moins deux ans et de moins de cinq ans : six mois de salaire;
  • ancienneté d’au moins cinq ans et de moins de dix ans : neuf mois de salaire;
  • ancienneté d’au moins dix ans et de moins de vingt ans : douze mois de salaire ;
  • ancienneté d’au moins vingt ans : quinze mois de salaire.
Ce plafonnement revient sur la réparation du préjudice réellement subi par le salarié suite au licenciement intervenu abusivement et jusque là apprécié en fonction de son âge,  de son ancienneté, de la taille de l’entreprise, les difficultés éprouvées à trouver un emploi et éventuellement de sa situation de famille.
Parent Algérien d'Enfant Français : vers une conception restrictive de l'accès au séjour ?
Le 18 janvier 2016

La cour administrative d’appel de Douai (  CAA Douai, 28 sept. 2015, n° 15DA00778) a récemment jugé que donner naissance en France à un enfant français ne suffit pas à justifier la délivrance d’un certificat de résidence à une Algérienne.

Selon la jurisprudence,et concernant les conditions de l’attribution du certificat de résidence au parent d’enfant français, en principe délivré de plein droit au « ressortissant algérien ascendant direct d’un enfant français mineur résidant en France » (Acc. Franco-algérien, art. 6, 4°). la résidence de l’enfant en Francedoit  être « stable et durable ».

Selon la cour administrative de Douai l’enfant de cinq mois né en France d’une mère algérienne arrivée en France enceinte et munie d’un visa court séjour, n’a pas de résidence stable et durable sur le territoire français.

Pour retenir cette solution, la cour écarte une condition pourtant exigée par l’article 6, 4° à savoir la contribution effective de la mère « à l’entretien et à l’éducation de son enfant de nationalité française » et se fonde pour écarter la demande sur des éléments non prévus par l’accord.

Elle retient notamment le fait que sa mère « a vécu dans son pays d’origine jusqu’à son arrivée en France, à l’âge de trente-neuf ans, pays dans lequel résident son mari et ses enfants majeurs » pour en conclure qu’à « la date de la décision attaquée et alors même que les deux autres enfants mineurs étaient venus récemment rejoindre leur mère résidant dans un foyer d’hébergement, l’enfant ne pouvait être regardé comme résidant en France de façon stable et durable au sens des dispositions précitées du 4) de l’article 6 de l’accord franco-algérien du 27 décembre 1968 ».

Présentation personnelle en Préfecture de l'Etranger incarcéré
Le 18 janvier 2016

Même incarcéré, le demandeur d’un titre de séjour doit se présenter personnellement en préfecture. C’est ce qu’à récemment tranché la Cour d’Appel de DOUAI dans le cadre d’un arrêt du 24 septembre 2015 ( n° 15DA00294).

Le principe de présentation personnelle est donc absolu et l’étranger incarcéré doit démontrer avoir sollicité une autorisation de sortie afin de se rendre à la préfecture pour répondre aux exigences de l’article R 311-1 du CESEDA.

Pour la cour administrative d’appel de Douai, si l’article 30 de la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 prévoit que les personnes détenues peuvent élire domicile auprès de l’établissement pénitentiaire pour faciliter leurs démarches administratives, ces dispositions n’ont « ni pour objet, ni pour effet, de déroger à la règle [.] de la présentation personnelle du demandeur d’un titre de séjour ».

Afin de satisfaire à son obligation, l’étranger doit donc demander une autorisation de sortie sous escorte, ( que permet exceptionnellement l’article 723-6 du code de procédure pénale) et justifier que sa demande s’est trouvée refusée.

A défaut, l’étranger incarcéré prend le risque de se voir opposer qu’, « il ne se trouvait pas dans une situation rendant impossible sa présentation personnelle en préfecture pour y déposer son dossier de demande de titre de séjour ».

Le refus de titre pourra donc lui être opposé.

Loi Travail – Quels impacts pour les salariés en matière de temps de travail ?
Le 15 juin 2016

La loi travail, dite Loi  » EL KOMRI » fait du bruit dans l’actualité.

Manifestations, grèves et débats publics.

Au stade de l’examen du projet de loi par le Sénat, il convient de faire un point sur les réformes que cette loi envisage de la législation travailliste notamment sur le temps de travail des salariés.

Le nerf de la guerre réside d’abord dans l’augmentation des durées maximales de travail.

En effet, si la durée maximale de travail par jour est aujourd’hui fixée à 10 heures, la réforme prévoit d’augmenter cette limite pour la porter à 12 heures ( en cas d’augmentation de l’activité de l’entreprise ou pour des des motifs d’organisation). L’augmentation de cette durée supposera la conclusion d’un accord collectif.

Mais surtout, la durée maximale de travail hebdomadaire, aujourd’hui fixée à 48 heures par semaine, pourra être désormais être portée à 60 heures en cas de « circonstances exceptionnelles » propres à l’entreprise et ce sur autorisation de l’inspection du travail.

Ce qui génère également l’inquiétude, c’est ce qui peut être appelé l’inversion de la hiérarchie des normes » en matière de temps de travail.

En effet, le projet de loi prévoit qu’un accord négocié au sein de l’entreprise (accord d’entreprise) pourra désormais remplacer les dispositions d’un accord de branche, même si ces dispositions sont plus favorables pour les salariés.

Affaire à suivre puisque les syndicats sollicitent avec fermeté le retrait de cette disposition du projet de loi.
Autorité parentale : sanction du parent ouvrant un compte Facebook au nom de son enfant mineur
Le 11 décembre 2014

Par un arrêt de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, du 2 septembre 2014,  une mère a été condamnée à la suppression dans un délai de 10 jours du compte Facebook ouvert au nom de sa fille de sept ans, et passé ce délai, sous astreinte de 50 euros par jour de retard.

Niant dans un premier temps l’existence dudit compte, la mère affirmait ensuite l’avoir ouvert pour que sa fille puisse jouer à des jeux sur sa tablette. La justification ne convainc pas les juges aixois qui considèrent que ledit compte doit être clôturé quelles que soient les motivations de la mère.

Cette décision est prise au fondement d’un des devoirs de l’autorité parentale : la protection de l’enfant.

En effet, au terme de l’article 371-1 du Code civil, les père et mère titulaires de l’autorité parentale sont tenus de protéger l’enfant « dans sa sécurité, sa santé et sa moralité ».

L’ouverture d’un compte Facebook pour un jeune enfant avait déjà pu être considéré comme une mise en danger de celui-ci (CA Agen, ch. mat. 1, 16 mai 2013, n° 11/01886 : JurisData n° 2013-009716).

Néanmoins, tout l’intérêt de l’arrêt cité est de condamner la mère à sa suppression dans un délai de 10 jours, et passé ce délai, sous astreinte de 50 euros par jour de retard.

En effet, la Cour inflige ainsi une forme de peine privée à la mère de l’enfant ayant failli à la protection de celui-ci en ouvrant un compte au nom de celui-ci.

Toutefois dans l’hypothèse de diffusion de photographies d’enfants mineurs sur le compte des parents, la cour d’appel d’Aix-en-Provence s’est déclarée incompétente pour en ordonner le retrait (CA Aix-en-Provence, 6e ch. C, 10 sept. 2013, n° 13/01400 : JurisData n° 2013-024828).

Il conviendrait dès lors de distinguer selon que le compte est ouvert au nom des parents ou au nom de l’enfant lui-même.

Le harcèlement peut se déduire de l’intention de l’employeur d’entretenir une relation amoureuse avec un salarié
Le 13 août 2014

Dans un arrêt rendu par la Cour d’Appel de Montpellier, le 11 juin 2014, (n° 12/06195 : JurisData n° 2014-014946), la Cour a reconnu l’existence d’un harcèlement moral dans des circonstances « originales ».

Une salariée, assistante commerciale, a invoqué le harcèlement moral et sexuel de son employeur afin de voir prononcer la résiliation judiciaire de son contrat de travail emportant les conséquences d’un licenciement nul.

L’employeur était le voisin de l’appelante, et avait développé avec elle un rapport particulier.

Il lui délivrait de nombreux conseils sur sa vie privée et allait jusqu’à consulter des médiums sur sa situation.

Or, si en effet,  l’employeur doit enquêter sur le mal-être dénoncé par son salarié au sein de l’entreprise, ces agissements ont été reconnu comme une ingérence caractérisée dans la vie privée de la salariée.

Au surplus, l’employeur adressait des courriers dont la teneur était très personnelle à la salariée.

De manière non efficace, ce dernier a cru pouvoir mentionner qu’il souhaitait redonner confiance à la salariée.

Ces courriers, en ce qu’ils traduisaient une volonté de diriger la vie privée de l’appelante, la sachant fragilisée par les difficultés qu’elle rencontrait est constitutif d’un harcèlement moral.

De plus, c’est par un moyen inopérant que l’employeur a cru pouvoir se qualifier comme ayant été doté d’une intention charitable de venir en aide à la salariée sans lui avoir fait part de ses intentions.

La Cour a néanmoins relevé que sa volonté d’entretenir une relation amoureuse ressortait des consultations de mediums sur Internet.

En conséquence, la Cour en déduit qu’il souhaitait donc obtenir des faveurs sexuelles de son employée.

Enfin, la cour souligne que l’employeur ne peut faire valoir le caractère romantique de ses écrits alors qu’il devait changer son comportement face aux demandes de la salariée lui ayant manifesté par ses demandes de rupture conventionnelle qu’il lui était insupportable.

L’employeur, qui reconnaît son « attachement sentimental excessif », est condamné pour harcèlement moral et sexuel.

Fréquenter un site de rencontre justifie le prononcé d’un divorce aux torts exclusif de l’époux internaute
Le 20 mai 2014

Le 30 avril 2014, la Cour de Cassation a jugé que le fait de fréquenter un site de rencontres constitue un « manquement grave et renouvelé aux obligations du mariage« . Le juge aux affaires familiales avait prononcé le divorce aux torts exclusifs de l’épouse, après avoir constaté qu’elle échangeait des « mails équivoques« , ainsi que des « photographies intimes« , sur le réseau Netlog.

Nature du licenciement en cas de présentation d’un titre de séjour falsifié
Le 07 mars 2014

Le fait de licencier pour faute grave un salarié ayant produit un faux titre de travail, l’autorisant à un emploi salarié en France, suppose néanmoins que l’employeur ait procédé aux vérifications nécessaires de ce titre de travail.

C’est en ce sens qu’a récemment statué la Cour de Cassation par un arrêt en date du 18 février 2014.

En l’espèce un salarié de nationalité étrangère (hors Union européenne) avait été engagé dans le cadre d’un contrat à durée déterminée puis d’un contrat à durée indéterminée.

Il a été licencié quelques mois plus tard pour faute grave, son employeur lui reprochant de lui avoir fourni un faux titre de séjour lors de son embauche.

Il est de jurisprudence constante que le licenciement pour faute, voire pour faute grave, est justifié si le salarié produit un faux titre de séjour/et ou de travail lui permettant de travailler.

Pour autant, ce nouvel arrêt semble conditionner la faute grave à des vérification préalables réalisées par l’employeur, s’agissant de l’existence d’un titre de séjour.

Si l’employeur ne peut jusifier avoir réalisé la moindre démarche, la Cour semble priver de justification la mesure de licenciement prononcée pour faute grave du salarié.

SIGNATURE D’UN ACCORD EUROPEEN SUR L’IMMIGRATION AVEC LA TUNISIE
Le 04 mars 2014

Le lundi 3 mars 2014, l’Union Européenne et la Tunisie ont régularisé un accord constituant, selon la commissaire européenne chargée des affaires intérieures, un « partenariat de mobilité ».

Il vise à  » faciliter la circulation des personnes entre l’UE et la Tunisie », ainsi qu’à « promouvoir une gestion commune et responsable des flux migratoires existants, notamment à travers la simplification des procédures de l’octroi de visas ».

Cet accord, essentiellement axé sur un objectif de lutte contre l’immigration clandestine suite à une polémique relancée par la tragédie de LAMPEDUSA, vise à instaurer une coopération entre l’Union européenne et la Tunisie, aux fins de lutter « contre la traite des êtres humains et le trafic des migrants », et pour améliorer la « gestion des frontières ».

Pour y parvenir, aux termes de cet accord, l’Union Européenne s’engage à informer les citoyens tunisiens sur la situation du marché de l’emploi, des études et formations disponibles dans l’UE.

Surtout, la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles et universitaires devrait être assurée.

GARDE A VUE – ACCES AU DOSSIER PAR L’AVOCAT
Le 05 novembre 2013

Le 30 décembre 2013, le Tribunal Correctionnel de Paris a rendu une décision d’importance.

Alors que la pratique veut que les officiers de police judiciaires refusent systématiquement à l’avocat d’accèder au dossier de son client gardé à vue, le Tribunal Correctionnel a rendu un jugement contraire, constituant une avancée considérable pour les droits des justiciables.

Cette décision vise expressement la directive européenne du 22 mai 2012 qui doit être transposée en droit français avant le 2 juin 2014.Cette directive dispose notamment que « lorsqu’une personne arrêtée et détenue à n’importe quel stade de la procédure pénale, les Etats membres veillent à ce que les documents (…) qui sont essentiels pour contester (…) la légalité de l’arrestation ou de la détention soient mis à la disposition de la personne arrêtée ou de son avocat ».

Le parquet de Paris a annoncé dès le lendemain qu’il faisait appel de cette décision.

Pour autant, c’est très justement que le Bâtonnier de Paris, Pierre-Olivier SUR a salué «le combat acharné» mené par les trois avocats qui plaidaient ce dossier en la personne de Christiane Féral-Schuhl, bâtonnier sortant de Paris, Alexandre Vermynck et Paul Fortin, deux premiers secrétaires de la conférence.

« c’est un premier pas, celui qui ouvre les portes», s’est-il félicité.